Conseil

ECI Council June 2014

Le Conseil de la CTI supervise le travail du Secrétariat de la Charte de la Terre Internationale. Il établit les objectifs principaux, les politiques et les stratégies de la CTI et guide l’Initiative en général. Le Conseil de la CTI ne dispose pas d’une identité juridique propre.

Le Conseil élit ses membres en consultation avec les membres du réseau global des partisans de la Charte de la Terre.

 

 

Membres du Conseil

  • Fritjof Capra (Autriche/USA)
  • Mateo Castillo (Mexique)
  • Severn Cullis-Suzuki (Canada)
  • Ama Van Dantzig (Ghana/Pays Bas)
  • Mitsuko Horiuchi (Japon)
  • Hisham Khatib (Jordanie)
  • Wanjira Maathai (Kenya)
  • Oscar Motomura (Bresil), co-président
  • Akpezi Ogbuigwe (Nigeria)
  • Alide Roerink (Pays-Bas)
  • Kartikeya Sarabhai (Inde), co-président
  • Tommy Short (États-Unis)
  • Mirian Vilela (Bresil)
  • Hua Wang (République Populaire de Chine)
  • Vladimir M. Zakharov (Fédération de Russie)

 

Fritjof Capra (Austria/USA)

Fritjof Caprafritjof-capra-physicist-austria-usa
Docteur en Physique et en Théorie des systèmes, Fritjof Capra est un des fondateurs du Centre pour la Littérature Écologique de Berkeley, en Californie. Ce centre est dédié à la promotion de l’écologie et des systèmes de pensée auprès des écoles du niveau primaire et secondaire. Il  a également travaillé au service de la Faculté du Collège Schumacher, un centre international pour les études en écologie basé au Royaume-Uni.

Après son doctorat en physique théorique de l’Université de Vienne, Fritjof Capra a travaillé comme chercheur en physique des particules à l’Université de Paris (1966-1968), à l’Université de Californie, à Santa Cruz (1968-1970), au Centre de l’accélérateur linéaire de Stanford (1970), au Collège Impérial de l’Université de Londres (1971-1974) puis au laboratoire Lawrence Berkeley de l’Université de Californie (1975-1988). Il a également enseigné à l’Université de Californie (Santa Cruz), à l’Université de Californie (Berkeley) et à l’Université d’État de San Francisco.

Outre ses recherches en physique et en théorie des systèmes, Fritjof Capra s’est plongé dans un examen systématique de l’implication philosophique et sociale de la science contemporaine durant ces 35 dernières années. Auteur reconnu, il a écrit plusieurs best-sellers internationaux et co-écrit de nombreux ouvrages.

Docteur honoris causa en Science de l’Université de Plymouth, Fritjof Capra est également récipiendaire de nombreux prix, dont la médaille d’or de la société des systèmes du Royaume-Unis, le prix Neil Postman pour son apport dans l’activité intellectuelle publique de l’Association de l’Écologie des médias, la médaille du Président de la République Italienne, la médaille d’honneur Leonard da Vinci de l’Université de Technologie Avancée de Tempe, en Arizona, le prix « Bioneers », le prix des nouvelles dimensions du journalisme et le prix du livre Américain. Il parle couramment l’allemand, l’anglais, le français et l’italien et vit à Berkeley avec son épouse et sa fille.

 

Mateo A. Castillo Ceja (Mexico)

mateo-castillo-national-secretariat-mexicoMateo A. Castillo Ceja, biochimiste dans le domaine pharmacologique et détenteur d’une maitrise en qualité et compétitivité, est le directeur de l’Unité de Coordination de la Participation Sociale et de la Transparence auprès du Ministère de l’Environnement du Mexique. Avant d’occuper ce poste, il a été Président du Conseil d’État de l’Écologie du Michoacan, au Mexique, et s’est chargé, avec beaucoup d’autres, d’instaurer un processus de participation sociale dans le développement des politiques publiques environnementales pour un Mexique durable. Partisan du mouvement humanitaire mondial, Mateo Castillo est considéré comme un des experts nationaux de la mise en application de l’Agenga local 21. Il a également représenté la société civile mexicaine dans de nombreux forums et sommets internationaux.

Fondateur du Secrétariat National, Mateo Castillo est en charge du développement de la Charte de la Terre au Mexique. Sa carrière est jalonnée de distinction, dont le Prix du Citoyen émérite en 2003 et 2004, une mention honorifique lors du Prix National du Mérite Écologique et le Prix Maximo Kalaw, qui récompense ses efforts dans la promotion de la Charte de la Terre au Mexique.

 

Severn Cullis-Suzuki (Canada)

severn-cullis-suzuki-environment-activist-canadaSevern Cullis-Suzuki est auteure et activiste dans le domaine de l’environnement et de la culture. Championne pour l’Initiative WE CANada au Sommet de la Terre Canadien en 2012, elle est également hôte de la série télévisée APTN “Samagan – histoire d’eau” et membre du Conseil de la Société des Études Supérieures HAIDA Gwaii ainsi que de la Fondation David Suzuki.

Militante pour une “justice intergénérationnelle”, Severn Cullis-Suzuki a fondé l’Organisation Environnementale pour les Enfants à l’âge de 9 ans. 3 ans plus tard (à l’âge de 12 ans), elle donnait un discours aux Nations Unies dans le cadre du Sommet de la Terre de Rio (1992). Commissaire de la Charte de la Terre, elle a institué, en collaboration avec Skyfish Project, la “promesse de Reconnaissance et de Responsabilité” au Sommet Mondial du Développement Durable de Johannesburg, en 2002. Au cours de sa carrière elle a également participé à trois tournées de conférences au Japon (avec le Club Namakemono), publié plusieurs ouvrages au Japon et a contribué au livre “Notes d’une jeune activiste du canada” (Greystone books, 2007).

Severn Cullis-Suzuki possède un Bachelor en Biologie de l’Université de Yale et un Master en Ethnoécologie de l’Université de Victoria, dans laquelle elle a étudié auprès des ainés des premières nations Kwakwaka’wakw. Elle vit actuellement avec son époux et ses deux fils sur l’archipel de Haida Gwaii, au large de la côte de la Colombie Britannique, où elle a étudié le langage Haida.

 

Ama van Dantzig (Ghana/Netherlands)

ama-van-dantzig-dr-monk-ghana-netherlandsAma Van Dantzig partage son temps entre Accra et Amsterdam, construisant des ponts entre deux mondes apparemment opposés. De par son expérience sur le terrain dans plusieurs pays et communautés d’Afrique, Ama Van Dantzig croit en l’habilité des gens de générer des solutions ingénieuses face aux défis de notre temps. La variété est l’épice de la vie est le mantra qui la pousse à puiser son énergie dans l’écriture et l’innovation.

Ama Van Dantzig est co-fondatrice de Dr. Monk, une agence internationale d’innovation sociale dont les sièges sociaux se trouvent aux Pays-Bas et au Ghana. Combinant durabilité, coopération internationale, art et média, Dr. Monk développe des concepts et co-créé des initiatives qui cherchent à influencer la façon de penser et d’agir des gens et à favoriser un monde plus juste, propre et beau.

Avec une formation en arts libérales de l’Université de Utrecht et une maitrise en Développement International à l’Université d’Utrecht, Ama Van Dantzig travaille sur une variété de thèmes, dont l’eau, l’hygiène, étude genre, l’art et la culture, l’innovation ainsi que des programmes d’alimentation en milieu scolaire. Elle a rejoint la Charte de la Terre en 2005, suite à la célébration “Charte de la Terre +5”. Elle est très active dans la création du réseau Charte de la Terre pour les jeunes et a supervisé plusieurs évènements de la Charte de la Terre aux Pays-Bas.

 

Mitsuko Horiuchi (Japan)

mitsuko-horiuchi-consultant-gender-japanMitsuko Horiuchi est une chercheuse et une consultante indépendante, reconnue internationalement pour son travail sur les problématiques de genre liées au travail, à la main d’œuvre et à l’emploi. Son domaine d’expertise s’étend des droits des femmes dans les droits humains à la mondialisation et au développement social, en passant par la migration, le trafic, le travail des enfants, l’inégalité salariale et l’égalité des chances.

Professeure invitée en études étrangères à l’Université de Bunkyo Gakuin et à l’école supérieure en études étrangères de Tokyo, Mitsuko Horiuchi est également la présidente du forum des femmes asiatiques de Kitakyushu, une fondation d’intérêt public très active en développement du genre et en développement durable établie en 1993 par la ville de Kitakyushu, métropole bien connue dans le monde pour son travail de protection environnementale. Mme. Horiuchi occupe par ailleurs le poste de conseillère et de directrice dans plusieurs organisations du secteur public et organisations à but non lucratif. Elle est par exemple présidente du Conseil sur l’égalité des genres de la ville de Bunkyo, où elle vit, et membre du conseil consultatif du Fonds Global des Amis au Japon, qui lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria.

Aujourd’hui, Mitsuko Horiuchi travaille sur diverses problématiques, nationales et internationales, pour plusieurs organisations non gouvernementales (ONG), dont le Réseau Japonais Contre le Travail des Enfants et l’Association Japonaise du Droit International des Femmes.

 

Hisham Khatib (Jordan)

hisham-khatib-minister-jordanHisham Khatib est né à Acre en Palestine et a passé sa jeunesse et le début de sa carrière à Jérusalem, où il a travaillé en tant qu’ingénieur électrique en chef. Il a ensuite vécu à Amman, en Jordanie, jusqu’au début des années 70 et a travaillé plusieurs années en tant que Ministre des départements de la planification, de l’eau et de l’énergie pour le gouvernement Jordanien. Reconnu comme un expert international sur les questions de l’énergie, Dr. Khatib a beaucoup publié dans le domaine de l’énergie et de l’environnement.

Ancien président de la Commission de Régulation Énergétique de Jordanie et vice-président d’honneur du Conseil Mondial de l’Énergie, le Dr Hisham Khatib possède une large expertise dans le domaine de la technique énergétique et de la sécurité énergétique ainsi que sur les problématiques environnementales liées à l’énergie et au développement.

En 1998, le Dr Hisham Khatib a reçu la “Médaille de l’accomplissement” de l’Institution des Ingénieurs Électrique du Royaume Uni et s’est vu remettre le prestigieux “prix mondial de l’énergie” par le Conseil Mondial de l’Énergie. Il est par ailleurs membre à vie de l’Institut des Ingénieurs Électrique et Électronique, fait partie du panel de surveillance de l’énergie planétaire de la Fédération Mondiale des Scientifiques et éditeur-conseiller du Journal des Politiques Énergétiques.

Outre ses activités professionnelles, le Dr. Khatib est collectionneur de peintures, de lithographie, de livres de voyages, de cartes, d’atlas et de photographies de Jérusalem, de la Palestine et de l’Égypte. Sa collection d’art et de matériel de peinture de l’empire Ottoman est l’une des plus grandes et des plus importantes collections privée.

 

Wanjira Maathai (Kenya)

wanjira-maathai-green-belt-kenyaWanjira Maathai est la fille de feu Wangari Maathai. Elle est cheffe de projet à l’Institut Wangari Maathai des études pour la paix et l’environnement et directrice sortante des affaires internationales du Mouvement de la Ceinture Verte, Mouvement fondé par sa mère et lauréate du Prix Nobel de la Paix, Mme Wangari Maathai. Avant de rejoindre le Mouvement de la Ceinture Verte, Wanjira Maathai a travaillé pendant 6 ans comme cadre supérieure chargé de la surveillance et de l’évaluation des programmes d’éradication des maladies au Centre Présidentiel Carter à Atlanta, en Géorgie (USA). Aujourd’hui, Wanjira Maathai est membre du conseil d’administration du Mouvement de la Ceinture Verte et de l’Institut Wangari Maathai.

Wanjira Maarhai a grandi au Kenya et suivi des études aux Etats-Unis. Elle est diplômée du Collège Hobart et William Smith ainsi que de « Emory University’s Rollins School of Public Health ».

 

Oscar Motomura (Brazil), co-président

oscar-motomura-amana-key-brazilOscar Motomura est le fondateur et le chef exécutif du Groupe Amana-Key, un centre de gestion et un réseau d’associés de portée globale, basé à São Paulo au Brésil. L’objectif d’Amana-Key est de servir de référence mondiale pour tout ce qui a trait à l’innovation radicale dans le domaine de gestion et de contribuer au développement des personnes, des organisations et des communautés.

Le Gorupe Amana-Key a adopté la Charte de la Terre et l’utilise comme une référence pour ses programmes d’éducation et ses séminaires d’innovation. Chaque année, des milliers de dirigeants d’entreprises et du gouvernement participent aux programmes d’Amana-Key. Ceux-ci permettent d’élever le niveau de conscience de ses dirigeants vis-à-vis des problèmes globaux qui affectent l’humanité, d’augmenter leur compréhension de ces problèmes et de l’importance de contribuer à une évolution collective par le biais de pratiques de gestions éthiques et conscientes.

Oscar Motomura a débuté sa carrière au Brésil, au sein d’une importante institution financière. À seulement 26 ans, il occupait déjà un poste de cadre supérieur au sein de cette institution et à l’âge de 28 ans, il fondait sa propre société, point de départ de ce qu’est Amana-Key aujourd’hui. Oscar Motomura est reconnu au Brésil comme l’un des spécialistes les plus créatifs dans le domaine de la stratégie. Il possède des degrés universitaires en administration d’entreprises et en psychologie sociale.

 

Akpezi Ogbuigwe (Nigeria)

Akpezi Ogbuigwe (for website)Akpezi est la directrice du Centre de Linkages, Rivers State University of Science and Technology Advancement. Elle a plus de trente ans d’expérience professionnelle en tant que professeur de droit et chercheur avide sur le changement transformationnel dans l’enseignement supérieur en Afrique, le droit et la politique de l’environnement et le développement durable; Elle est facilitatrice des partenariats universitaires et participe à plusieurs mouvements de la société civile.

Elle a été chef du programme d´éducation environnemental du Programme des Nations Unies pour l’environnement; Le point focal principal du PNUE pour la Décennie des Nations Unies pour l’éducation pour le développement durable; et coordonnateur du programme de gestion des écosystèmes du PNUE.

Elle est récipiendaire de prix et de distinctions honorifiques telles que le Prix de sensibilisation à la création d’environnement par le Environmental Outreach Magazine (2010); Le Prix des jeunes cadres exceptionnels du Nigéria en reconnaissance de la contribution au leadership moral et environnemental par la Chambre junior du Nigeria à l’occasion de leur convention du 40e anniversaire (1997). Rachel Carson, conférencier distingué, Centre d’éducation environnementale et durable de l’université de la côte du golfe de Floride, États-Unis. 2011.

Elle a contribué à la connaissance dans le domaine du droit de l’environnement et de l’éducation pour le développement durable à travers de plusieurs articles publiés dans des revues internationales et des chapitres de livres.

 

Alide Roerink (Pays-Bas)

alide-roerink-ec-friends-network-netherlandsAlide Roerink est anthropologue et elle s’est attachée, pendant des années, à la création de réseau, à la promotion et au développement de politiques pour la justice de genre, la solidarité internationale et une gouvernance globale. Coordinatrice de Vrouwenberaad Ontwikkelingssamenwerking, un réseau d’experts de genre au sein d’agences de développement aux Pays-Bas, Aline Roerink a travaillée, entre 2000 et 2013, au Comité National pour la Coopération Internationale et le Développement Durable (NCDO) en qualité de conseillère en relations internationales et membre de l’équipe administrative. En collaboration avec Ruud Lubbers, commissaire de la Charte de la Terre, Alide Roerink a lancé « The Round Table of Worldconnectors for People and the Planet » (www.worldconnectors.nl) et a créé le Fond Charte de la Terre ainsi que le réseau des Amis de la Charte de la Terre aux Pays-Bas (www.earthcharter.nl).

Alide Roerink a participée, avec l’Initiative de la Charte de la Terre, au lancement de la Charte de la Terre au Palais de la Paix à la Hague en 2000 ainsi qu’à de nombreux évènements globaux clés, tels que la célébration du 5ème et 10ème anniversaire de la Charte de la Terre. Elle a également initié et co-édité le livre « la Charte de la Terre en Action : vers un monde durable ».

 

Kartikeya Sarabhai (India), co-président

kartikeya-sarabhai-center-for-environment-education-indiaKartikeya Sarabhai est le fondateur et le Directeur du Centre pour l’Éducation Environnementale (CEE), une institution nationale dédiée à la conservation, à la prise de conscience environnementale ainsi qu’à l’éducation au développement durable. Si le CEE a débuté ses activités à petite échelle en 1984 à Ahmedabad, il fonctionne aujourd’hui aux niveaux national et international et emploie plus de 200 professionnels dans 40 bureaux à travers l’Inde, l’Australie et le Sri Lanka. En 2005, sous la direction de Mr Sarabhai, le CEE a organisé la première Conférence Internationale de la Décennie de l’Education pour le Développement Durable. La même année, le CEE s’est vu décerner le Prix Global Pour Service Exceptionnel à l’Education Environnementale par l’Association Nord-Américaines pour l’Education Environnementale (North American Association for Environmental Education – NAAEE). Outre le CEE, Mr Sarabhai a également créé VISKAT, une ONG qui travaille à faire participer les gens à la gestion des ressources naturelles, ainsi que Sundervan, un centre de découverte de la nature.

Kartikeya Sarabhai a fait partie de plusieurs comités du Ministère de l’Environnement et des Forêts ainsi que du Ministère du Développement des Ressources Humaines du Gouvernement de l’Inde pour lesquels il a œuvré, entre autre, à la mise en place d’un système éducatif incorporant des aspects écologiques et au développement d’initiatives pour une éducation sur la biodiversité. Associé pendant de nombreuses années à l’IUCN, Mr Sarabhai a été le Président de la Commission sur l’Education et la Communication de l’UICN pour l’Asie du Sud et du Sud-Est. Il fut également membre de la délégation de l’Inde à la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (UNCED) de Rio et au Sommet Mondial sur le Développement Durable (WSSD) de Johannesburg. Aujourd’hui, outre son rôle de directeur du CEE, Kartikeya Sarabhai occupe le poste de vice-président de la Commission de l’Inde.

La carrière de Kartikeya Sarabhai est jalonnée de récompense, dont le Prix de l’Arbre de l’Apprentissage, décerné en 1988 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en reconnaissance pour ses contributions dans le domaine de l’éducation et de la communication environnementale, et le Prix pour la Promotion Mondiale des Droits Humains, décérné en 2005 par l’Institut Indien des Droits Humains.

 

Tommy Short (États-Unis)

Tommy ShortTommy est un entrepreneur international et un philanthrope dont le dévouement aux préoccupations environnementales depuis ses premières années lui inspiré à s´engager avec des projets à travers le monde. M. Short est le fondateur et président de la Fondation Tommy E. Short, qui s’emploie à explorer le potentiel humain et à favoriser le développement durable, en cherchant à soutenir les enfants, les arts et l’environnement. Basé à San Diego, la fondation, à but non lucratif, facilite activement une nouvelle éthique de donner pour le succès d’autres organismes à but non lucratif dont les missions sont conformes à ces objectifs. Plus tôt dans sa carrière, M. Short était un propriétaire commercial, un restaurateur et un promoteur musical avec des intérêts aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Amérique centrale et du Sud.
Il a déjà servi dans les fonctions suivantes:

Chairman of the Institute of Noetic Sciences

Co-Founder and Chairman of The Earth Council Alliance

Member of the Earth Charter International Council

Honorary Professor of The Environmental Management College of China

Founding Sponsor of The United Nations World Environment Day in San Francisco

 

Mirian Vilela (Brésil)

mirian-vilela-executive-director-brazilMirian Vilela est la Directrice Exécutive de la Charte de la Terre Internationale et fait partie du corps enseignant de l’Université pour la Paix, au Costa Rica. Elle participe à l’Initiative de la Charte de la Terre sur le plan international depuis 1996. Elle a notamment coordonné un processus international de consultation et établit de nombreuses alliances avec les individus et les organisations qui ont participé à ce processus et qui continue de prendre part à la phase de mise en application de la Charte. En outre, Mirian Vilela a organisé et animé de nombreux ateliers et séminaires internationaux sur les valeurs et les principes du développement durable.

Avant de travailler pour la Charte de la Terre Internationale, Mirian a travaillé pendant deux ans pour la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le développement (CNUED), année durant lesquelles elle a participé à la préparation du Sommet de la Terre des Nations Unies de 1992, et pendant un an pour la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED).

Mirian Vilela possède une Licence en commerce international ainsi qu’un Master en administration publique de la Harvard Kennedy School of Government, pour laquelle elle a obtenue la bourse Edward Mason.

 

Hua Wang (Chine)

hua-wang-environmental-economist-chinaDr. Hua Wang est un économiste environnemental qui a conduit des recherches approfondies dans les domaines de l’économie, de la politique et des institutions du développement durable. Il a soutenu de nombreux pays dans l’élaboration et la mise en place de politique environnementale ainsi que dans des projets d’investissement au développement.

Dr. Hua Wang a travaillé comme économiste cadre dans le groupe de recherche de la Banque Mondiale, comme directeur de recherche en gestion de l’environnement basée sur la société au Centre de Recherche en Politique du Ministère de la Protection de l’Environnement de Chine et en tant que conférencier à l’Université de Nanjing. En tant que chercheur, Dr Hua Wang a été publié dans de nombreux journaux reconnus par ses pairs, tels que le « Journal of Environmental Economics and Managment », « Ecological Economics », « Environmental and Resource Economics », le « Journal of Development Economics », le « Journal of Economic Perspectives, Environment and Development Economics », le « Journal of Environmental Management », « China Economics Review » et « Applied Economics ». Il a également aidé au développement de plusieurs directives gouvernementales sur la divulgation d’information environnementale et la participation publique, ainsi qu’à l’organisation de nombreuses conférences internationales sur le développement durable.

Dr. Wang possède un doctorat en gestion et politique de l’environnement, une maitrise en économie de l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill aux Etats-Unis, une maitrise en ingénierie des systèmes environnementaux et un baccalauréat en astronomie de l’Université de Nanjing en Chine. Dr. Wang est l’un des fondateurs de l’Association Professionnelle pour l’Environnement en Chine, un réseau international de professionnel dont il a été directeur et président.

 

Vladimir M. Zakharov (Fédération de Russie)

Vladimir M ZakharovVladimir Zakharov est professeur et membre de l’Académie des sciences de Russie, responsable du Centre pour le Développent Durable et Santé des Ecosystèmes, Institut de biologie du développement. Il a commencé sa vie professionnel en tant que biologiste, puis a progressivement élargi son intérêt scientifique et personnel à la conservation de la biodiversité et à la santé des écosystèmes, à la politique environnementale et au développement durable, à l’éducation et à la société civile. Il a travaillé comme président de la Commission de la politique environnementale et en tant que directeur de l’Institut de développement durable de la Chambre civique de la Fédération de Russie pendant dix ans. Il est concepteur et leader de divers projets nationaux et internationaux. Parmi ceux-ci figurent l’identification des priorités en matière de politique environnementale, le réseautage des instituts de développement durable en Russie, les forums sociaux sur le développement durable, l’efficacité énergétique et les changements climatiques, le mouvement jeunesse pour l’écologie et la culture. Ses efforts sur le Mouvement de la Charte de la Terre en Russie se composent d’une série de publications, de réunions fédérales et régionales, de concours, etc. Il et son organisation, Centre pour la politique et la culture environnementale, avec ses affiliés régionaux, opèrent en tant que représentant de l’Initiative de la Charte de la Terre en Russie.

 

 

Ancien Membre du Conseil

Zainab Bangura, Sierra Leone

Rick Clugston, États-Unis

Marianella Curi, Bolivie

Camila Argolo Godinho, Brésil

Wakako Hironaka, Japon

Barbro Holmberg, Suède

Li Lailai, République Populaire de Chine

Song Li, République Populaire de Chine/USA

Ruud Lubbers (Membre Honorifique 2011-2012)

Elizabeth May, Canada

Brendan Mackey (Co-président 2011-2012)

Dumisani Nyoni, Zimbabwe

Razeena Omar, Afrique du Sud (Co-président 2006-2012)

Henriette Rasmussen, Groenland

Steven C. Rockefeller, États-Unis (Co-président 2006-2010)

Mohamed Sahnoun, Algerie

Alexander Likhotal, Fédération de Russie

Richard Zimmerman, États-Unis