Afrique et Moyen-Orient Archives - Earth Charter

Burkina Faso

Lors du processus de consultation de  la Charte de la Terre en 1990, trois groupes ont été particulièrement actifs au Burkina Faso : Le Conseil National pour le Développement Durable (CONAGESE), conseil multipartite qui fonctionne sous l’égide du gouvernement du Burkina Faso ; Green Cross Burkina Faso (GCBF) et l’Association des Bénévoles pour le Développement (ADV).

Dès 1998, les trois organisations ont commencé à promouvoir les idées énoncées par la Charte de la Terre au travers de leur réseau. Elles ont permis de récolter d’importants feedbacks dont il a été tenu compte lors du processus de rédaction de la Charte de la Terre. Parallèlement, Green Cross Burkina Faso a formé un Comité de la Charte de la Terre. Ce dernier rassemble plusieurs personnalités et organisations clés du pays.

Aujourd’hui, GCBF continue d’utiliser les principes liés à l’intégrité écologique énoncés dans la Charte de la Terre comme une source d’inspiration et une base pour leurs activités. L’organisation a ainsi organisé les activités suivantes en 2014 :

1 : Un projet de prévention des conflits visant à introduire des pratiques agricoles durables et limiter l’utilisation des pesticides au Burkina Faso.

2 : Un projet de recherche sur la façon dont la perspective des genres ainsi que les droits des communautés locales sont intégrés dans le code minier du Burkina Faso. Une série de recommandations permettant de faire une meilleure inclusion de ces deux aspects a été proposée suite à cette étude.

Continue Reading

Bahreïn

L’Association des Femmes pour le Développement Humain du Bahreïn a participé à la réunion Arabe de la Charte de la Terre en 2001. Elle a, depuis, fait beaucoup d’effort pour promouvoir la vision sur le développement durable énoncé dans la Charte en créant, par exemple, le « programme de citoyenneté environnementale » (2003). Ce programme propose de nombreux ateliers à destination des écoles secondaires et des lycées et a comme objectifs de promouvoir les principes de la Charte de la Terre. L’Association a également présenté la Charte de la Terre par l’intermédiaire de message sur les radios de service public en 2010.

L’Association des Femmes pour le Développement Humain du Bahreïn fait partie du réseau MENA de la Charte de la Terre. Ces dernières années, elle a beaucoup mis l’accent sur la création d’ateliers destinés à diverses associations de jeunes et de femmes ainsi qu’à des Universités et organismes gouvernementaux. Par ailleurs, l’Association a participé à plusieurs événements pour la protection de l’environnement pour lesquels elle a, par exemple, créé des brochures à l’aide d’images et de phrases clés liées à la Charte de la Terre.

En 2011, IMPACT Bahreïn, une entreprise de marketing et de publicité, a approuvé la Charte de la Terre et lui a apporté son soutien en créant un site internet temporaire de la Charte de la Terre en arabe. Un représentant de cette société est par ailleurs devenu membre du réseau MENA de la Charte de la Terre.

Aujourd’hui, l’Association des Femmes pour le Développement Humain du Bahreïn continue à s’impliquer dans la promotion de la Charte de la Terre et à offrir des ateliers. Les membres de l’Association ont également pris part au projet « 15 Art Charte de la Terre » organisé par l’artiste néerlandaise Alette de Groot.

Continue Reading

Bénin

Au cours des années 2000, l’ONG Bénin 21 a commencé à diffuser et à promouvoir la Charte de la Terre auprès d’agences gouvernementales, de fonctionnaires, d’ONG, d’instituts de recherche et de la société civile béninoise en générale. Ses actions ont conduit à l’élaboration d’une version courte de la Charte de la Terre en français traduite, par la suite, dans les cinq langues locales (Fon, Adja, Idaatcha, Baatonou et Dendi). Bénin 21 a également participé à la création de plusieurs chansons et poèmes, en français et en Fon, basés sur les principes de la Charte de la Terre. Ces derniers ont été enregistrés sur cassette et largement distribués dans le pays. Au travers de ses actions, Bénin 21 a cherché à encourager les ONG ainsi que les organisations publiques et privées à adopter les principes de la Charte de la Terre, dans le domaine privé comme dans le domaine professionnel.

Lors des élections présidentielles nationales de 2000, des efforts particuliers pour la promotion des principes de la démocratie, de la non-violence et de la paix ont été fait.

Peu d’activités Charte de la Terre ont été entreprises au Bénin ces dernières années.

Continue Reading

Ghana

Début 1999, un comité national a été créé par le ministère de l’Environnement, de la Science et de la Technologie du Ghana pour travailler comme consultant auprès de la Charte de la Terre Ghana. Composé de représentants de l’Université du Ghana, de la Commission Nationale des Femmes et du Développement, des Amis de la Terre, du Conseil pour la Recherche Scientifique et Industrielle, de l’Agence de Protection Environnementale et du Ministère de l’Environnement, de la Science et de la Technologie, le Comité National n’a été actif que pendant le processus de consultation de la Charte de la Terre. Au cours de cette période, il a organisé le forum national de consultation de la Charte de la Terre et a pris part à l’élaboration du projet de référence lors de la réunion des comités nationaux de la Charte de la Terre Afrique, qui s’est tenu au Cap, en Afrique du Sud.

Jusqu’en 2010, le groupe de jeunesse YEA-Ghana a organisé divers ateliers et séminaire sur des sujets en lien avec la protection de l’environnement et le bénévolat. Le groupe a par exemple proposé un atelier de sensibilisation au nettoyage, un atelier de plantation d’arbre ainsi que divers voyages éducatifs avec des écoles. YEA-Ghana a par ailleurs entrepris des projets, à court et à long terme, dans les domaines de l’agriculture et de la santé (notamment la lutte antiparasitaire), mettant toujours l’accent sur le respect de l’environnement.

Vous pouvez, grâce à ces profils, voir les anciens groupes de jeunesse Charte de la Terre au Ghana.

Continue Reading

Iran

En 2010, le Centre de Développement de la Responsabilité Sociale des Entreprises a approuvé la Charte de la Terre et a signé un protocole d’accord pour son affiliation à la Charte de la Terre Internationale. Un représentant du Centre a ainsi participé à la célébration du 10e anniversaire de la Charte de la Terre en Jordanie. Le Centre de Développement de la Responsabilité Sociale des Entreprises fait également partie du réseau MENA de la Charte de la Terre.

Continue Reading

Israël

En 2001, des organisations telles que le Conseil de Coordination Interreligieux en Israël, l’Association Israélienne sur les Relations Société-Nature et le Centre Kibbutz Lotan pour l’Ecologie Créative se sont impliquées dans la diffusion de la Charte de la Terre en Israël. Le Centre Kibbutz Lotan pour l’Ecologie Créative a, en outre, aidé à traduire la Charte de la Terre en hébreu.

En 2006, un groupe de personnes engagées a formé « Charte de la Terre Israël ». Cette initiative bénévole, qui fait partie du Réseau de la Charte de la Terre (ECC), s’est donnée comme mission de sensibiliser le public aux principes de la Charte de la Terre. Un forum en ligne, disponible en hébreu, arabe et anglais,  et permettant aux citoyens d’Israël et du monde d’engager le dialogue sur divers sujets liés à la durabilité et la paix a ainsi été mis en place par la Charte de la Terre Israël.

Les activités pour les jeunes ont quand à elle été organisées par l’Initiative Jeunesse de la Charte de la Terre d’Israël.

Continue Reading

Jordan

jordanJordanian organizations and individuals have actively participated in the Earth Charter Initiative since 2001. Important supporters are HRH Princess Basma Bint Talal (an Earth Charter Commissioner), The Jordanian Hashemite Fund for Human Development (JOHUD), and the Land and Human to Advocate Progress (LHAP).

In November 2001, JOHUD organized the Arab Regional Meeting on the Earth Charter, which resulted in the endorsement of the Earth Charter by many groups, and in the “Amman Declaration ”.

A year later (2002), all 99 municipalities in Jordan jointly endorsed the Earth Charter; this was the first step towards developing sustainable development plans for cities in Jordan.

In 2003, the Black Iris Earth Charter Youth Group Jordan was created, to promote interreligious cooperation and dialogue. In 2005 as a result of Black Iris’s work, the Earth Charter was recognized as one of the international reference documents by the Higher Council’s youth and environment division.

At the 2002 World Summit on Sustainable Development held in Johannesburg, the official representative of the Jordanian government, as part of the heads of states intervention, called the attention to the Earth Charter as “a vision to inspire a new sense of global interdependence and shared responsibility for the well-being of the human family and the larger living world.”

In 2003, during UNESCO’s 32nd General Conference, the Government of Jordan submitted a Draft Resolution for UNESCO’s recognition of the Earth Charter. The resolution was approved and UNESCO now recognizes the Earth Charter as an important ethical framework for sustainable development.

From 23 to 24 November 2010, under the patronage of HRH Princess Basma Bint Talal, JOHUD organized a regional meeting in celebration of the 10th anniversary of the Earth Charter. This was done in collaboration of the Ministry of Environment, the International Union for Conservation of Nature (IUCN) West Office, and Earth Charter International Secretariat. As a result the participants signed the Dead Sea Declaration (in Arabic and English), and the Earth Charter Middle East and North Africa Network was formed.

JOHUD continues to be an Earth Charter Affiliate. In 2014, they started a project to create an eco/agro tourism and learning center close to the Baptism site in Jordan, where they plan to use the Earth Charter in their educational projects.

Continue Reading

Kenya

Le Mouvement de la ceinture verte (GBM) et feu Wangari Maathai, lauréate du Prix Nobel de la Paix et membre de la Commission de la Charte de la Terre depuis 1996, ont soutenu la Charte de la Terre dès son processus de rédaction. Le GBM a non seulement traduit la Charte de la Terre dans les langues locales, en Kiswahili par exemple, mais également mis ces principes en pratique au travers d’un processus de reboisement et d’éducation. Le projet « Plantation d’un milliards d’Arbres », initié par la Charte de la Terre Royaume-Uni à Oxford, puis mis en place au Kenya est un bon exemple d’application des principes de la Charte. Il a été soutenu par Wangari Maathai qui planta le premier arbre du projet en 2007.

Outre ce projet, le GBM a également diffusé des brochures de la Charte de la Terre à plus d’un millier d’organisations au Kenya.

De nombreux groupes de jeunesse se sont activement impliqués dans l’Initiative de la Charte de la Terre au Kenya. En 2002, le « UNED Youth Advisory Council for Kenya » a par exemple diffusé la Charte de la Terre à tous les ateliers et conférences organisées par le Comité National des Jeunes du Kenya. Plus récemment, le Programme de la Communauté de la Jeunesse de Kibera (KCYP), un organisme communautaire formé et dirigé par des jeunes du bidonville de Kibera, à Nairobi, a utilisé la Charte de la Terre dans son programme.

Le Mouvement de la Ceinture Verte collabore avec Green Cross Suède depuis 2005 pour promouvoir la paix, la sécurité et la durabilité au Kenya. De cette collaboration, née sous l’impulsion du Professeur Maathai, deux projets spécifiques incorporant la Charte de la Terre ont pu être mis en place dans la région du Rift Valley : Le projet Collectivité durables, paix et réconciliation (qui a débuté en 2013), et le Projet Smart Water pour des écoles vertes (qui a débuté en 2012 et est toujours actif au sein de deux écoles : Kamara et Mau Summit).

Continue Reading