Rencontrez les jeunes leaders de la Charte de la Terre

Le programme Jeunes Leaders de la Charte de la Terre prendre une place centrale au sein du réseau des Jeunes de la Charte de la Terre pendant un an. Les jeunes leaders entrent rencontrent, motivent, engagent et encouragent, leurs contemporains à rejoindre le mouvement pour la Charte de la Terre, et à construire pour l’avenir un monde plus pacifique, juste et soutenable.


Actifs octobre 2018 – septembre 2019

Emmanuel Niyoyabikoze (Burundi)

Emmanuel Niyoyabikoze (Burundi)

Je suis un jeune Burundais de 24 ans et j’étudie actuellement à l’Institut National de la Santé Publique au sein du Département des Sciences de la Santé (dans le domaine de l’accouchement). Je veux devenir quelqu’un qui se concentre sur son domaine d’étude pour être un étudiant productif. Je suis le type de personnes qui s’attaque à un problème et qui cherche à le résoudre pour faire de notre monde un endroit où il fait bon vivre.

Je suis un jeune activiste pour le changement global et dans le même temps je contribue au développement communautaire pour lutter contre le changement climatique, par exemple en protégeant l’environnement en plantant des arbres pour combattre l’érosion dans ma communauté d’origine.

En tant qu’individu de la jeune génération, j’ai réalisé que nous devons participer à encourager les autres à rendre notre monde meilleur que ce qu’il est aujourd’hui. Je suis un activiste pour la paix au sein de l’organisation ‘World Peace 2035’ qui agit pour rendre notre monde plus pacifique.

Avec les connaissances et les compétences que j’ai reçu durant la formation sur le Leadership, l’Ethique et la Soutenabilité, j’ai le sentiment d’avoir plus de capacités et de force dans ma vie pour collaborer avec la Charte de la Terre Internationale afin de promouvoir ses objectifs et sa mission ici au Burundi.

Ismael Méndez (Mexique)Ismael Méndez (Mexique) Je m’appelle Ismael Méndez, j’ai 19 ans et j’habite à Cancun, au Mexique. Je m’intéresse à l’environnement depuis 5 ans, lorsque j’ai rejoint un groupe d’écologie de mon école. J’ai commencé ma croissance avec la terre, en nettoyant les plages, en séparant les déchets et en protégeant les espèces de ma ville natale (telles que les tortues et les crabes). Ensuite, j’ai suivi des cours à ce sujet et je me suis joint à un groupe pour enseigner aux autres l’importance de la protection de ces espèces.

Quand j’ai eu 17 ans, l’industrie du vêtement et son impact sur le changement climatique ont commencé à m’intéresser. J’ai commencé à partager les impacts avec mes amis et d’autres personnes de ma ville. Dans ma ville, différentes initiatives ont été prises pour faire la différence et lutter contre ce problème. Nous travaillons avec « la révolution de la mode ».

J’étudie maintenant le tourisme durable et je crois que nous pouvons travailler ensemble pour apporter un changement afin de créer un monde meilleur. Je pense qu’un moyen efficace d’atteindre notre nouvelle génération consiste à utiliser les réseaux sociaux. Je tente toujours de partager des histoires positives et enrichissantes.


Actifs juin 2018 – mai 2019

Isabel Adriana García Gómez (Mexico)

Isabel Adriana García Gómez (Mexique)

Adriana est une biologiste mexicaine qui a collaboré sur différents projets de recherche au sein de l’Unité Académique d’Ecologie et de Biodiversité aquatique de l’Institut des Sciences Marines et de Limnologie de l’UNAM. Elle a suivi un master en Écologie et Industrie de la pêche des céphalopodes à l’Université ECOSUR Campeche de Mexico. Par ailleurs, elle possède un master en Changement climatique dispensé par la Banque Interaméricaine de Développement, complété par un diplôme de la Fondation Fraternitas en Éducation et Changement climatique. Pendant ses études, elle a participé à différentes conférences et symposiums sur la biodiversité sous-marine, sur les espaces marins mexicains et la manière de sensibiliser le public à leur protection, mais aussi sur les lois environnementales.

Dans une autre mesure, Adriana a coordonné les projets d’éducation environnementale des Etats de Morelos, Hidalgo et de la ville de Mexico. Elle a collaboré avec de nombreuses associations telles que le ‘Global Youth Network for Biodiversity’, le groupe de jeunes chercheurs sur les Céphalopodes, le Groupe collaboratif du Complexity Sciences Center de l’UNAM, le ‘Climate Reality Project’ en tant que jeune leader, ainsi que le ‘National Front For Sorority’. Plus encore, Adriana a fondé l’initiative ‘Smart Cities’ coconstruite en partenariat avec la communauté des Jeunes d’Amérique Latine et des Caraïbes.

En tant que jeune parlementaire de l’Etat de Mexico en 2017 au sein de la Chambre des sénateurs, ainsi que jeune déléguée du cinquième ‘Youth Forum’ des Amériques dans la lignée du huitième sommet des Amériques qui s’est tenu à Lima au Pérou, elle est par la suite devenue coordinatrice nationale du développement durable dans le réseau RED VIRAL AC. En parallèle de cette fonction, elle exerce aujourd’hui en tant que membre du sous-comité des Droits de l’Homme et de l’Environnement au sein de la Commission des lois sur les Droits de l’Homme, comme représentante des organisations de la société civile dans le Conseil législatif Général des Droits de l’Homme.

Yaneri García (Mexico)

Yaneri García (Mexique)

Je m’appelle Yaneri García et je suis attirée par la nature depuis mon plus jeune âge. Petite, je regardais Discovery Channel et lisait le National Geographic, des supports qui ont été de réelles sources d’inspiration pour moi. J’ai concrétisé ma passion pour la nature en m’engageant comme volontaire pour ‘Voces Ambientales’. Depuis 2008 grâce à ‘Voces Ambientales’, j’ai participé à des ateliers comme celui intitulé : “Les modèles de 4D qui permettent un regard critique sur la transformation des techniques d’apprentissage”, et “Cosmovisions et éducation environnementale”.       Cette expérience constitue une étape clef dans mon investissement en tant qu’éducatrice environnementale.

En 2015 j’ai pris en charge la gestion environnementale de la certification ‘Rainforest Alliance’, sur le thème de la circulation au sein de l’Agence Thomas Moore, pour laquelle j’ai travaillé 9 ans. Ce poste m’a permis de faire de la formation au tourisme soutenable, avec le plaisir de promouvoir la défense de l’environnement. En 2016, j’ai pu m’exprimer dans plusieurs congrès tels que : “Le Premier Congrès National sur l’éducation environnementale” et “Le Colloque des programmes académiques en éducation environnementale”, tout comme le “Congrès d’orientation académique des études supérieurs” à l’Université IBERO dans la ville de Mexico. En 2017, j’ai décroché un master en Education Environnementale. Au quotidien je participe activement au plan environnemental institutionnel de l’Université des Caraïbes.
J’anime aussi des ateliers sur la ‘Formation en responsabilité sociale et environnementale’, ‘Développement durable’ et ‘Environnement’ pour l’Université des Caraïbes. A l’heure d’aujourd’hui j’occupe le poste de Directrice de la planification et de la gestion des projets verts.

Thayane Gomes (Brasil/Mexique)

Thayane Gomes (Brasil/ Mexique)

Je m’appelle Thayane Gomes, j’ai 22 ans et je suis étudiante en ingénierie environnementale. J’ai choisi cette voie car je souhaite protéger la planète sur laquelle nous vivons. J’ai toujours été intéressée par le développement durable et avec la Charte de la Terre, j’ai appris qu’il était possible de construire un monde meilleur.

Je pense que le partage des connaissances et l’action peuvent générer les changements dont nous avons besoin aujourd’hui pour que la planète soit plus soutenable. Je suis quelqu’un qui cherche constamment à apprendre et à suivre de nouvelles formations pour m’améliorer.


Actifs avril 2018 – mars 2019

Monserrat Carvajal Azcorra (Mexico)

Monserrat Carvajal Azcorra (Mexique)

Je m’appelle Monserrat Carvajal Azcorra et je viens de Cancún au Mexique. Je suis étudiante en tourisme soutenable et administration hôtelière, avec une spécialité en planification touristique, à l’Université des Caraïbes. Je suis très enthousiaste à propos des alternatives soutenables existantes. J’ai eu l’opportunité de grandir dans une ville fréquentée par les touristes du monde entier, mais malheureusement j’ai été témoin de la destruction écologique que cela engendre. C’est pour cela que je m’intéresse aux pratiques qui respectent l’environnement, mais aussi à l’intégration de la sensibilisation aux différentes cultures du monde. Une partie de notre patrimoine demeure vulnérable et il est temps de transformer le secteur. Aujourd’hui je coopère avec certains projets de ‘REMTur’, qui sont éco-responsables et promeuvent l’insertion du tourisme dans le développement durable et la conservation du patrimoine dans ma région.

Pendo Muthiora (Kenya)

Pendo Muthiora (Kenya)

Pendo est Manager des opérations et étudiante en master Relations Internationales sur le thème de l’étude de la Paix et des Conflits à l’USIU-Africa. Sa passion pour l’environnement a commencé quand elle a rejoint un groupe de défense de la biodiversité alors qu’elle était au lycée. Pendo aime se dédier à sa communauté en travaillant avec ‘Akili Dada’ pour aider les jeunes filles à atteindre leurs objectifs professionnels. De plus, elle apprécie beaucoup travailler avec les jeunes pour trouver des solutions qui s’inscrivent dans les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU.

Voici son LinkedIn → https://www.linkedin.com/in/pendomuthiora/
Rufai Balogun (Nigeria)

Rufai Balogun (Nigeria)

Rufai promeut l’interaction entre Sciences et Politique pour construire des villes soutenables, en particulier par rapport à la gestion des risques de catastrophe et les systèmes de santé urbains. Il étudie la météorologie et les sciences du climat à l’Université Fédérale Technologique d’Akure au Nigeria. Actuellement il officie comme membre du Conseil Consultatif International de la Journée Mondiale des Océans et du Conseil International de la Jeunesse RYS.

dianaDiana Caraveo (Mexique)

Je m’appelle Diana Caraveo, je suis étudiante en tourisme soutenable et gestion hôtelière à México. En tant que professionnelle de l’éco-tourisme, j’ai comme principe de faire partie du changement que nous voulons opérer pour la terre, en commençant par ma propre communauté. Je travaille comme assistante de direction dans un cabinet de consulting soutenable, j’aide à rechercher des nouvelles opportunités pour développer des projets d’éco-tourisme, en proposant des études de marchés et des formations sur la soutenabilité pour les entreprises et les organisations publiques.

 

Elon Cadogan Ph.D. (Barbados)

Elon Cadogan Ph.D. (Le Barbade)

Elon Cadogan est actuellement le Chargé Officiel des programmes pour l’Autorité de l’Eau sur l’île de la Barbade, plus particulièrement pour les projets d’adaptation au climat, de sécheresse et de développement durable dans la lignée du Mécanisme du Fond Vert pour le climat. Elon est né à la Barbade en 1989 et a été très actif chez les cadets et au ‘Key Club’, durant ses études à l’école Combermere entre 2000 et 2007. Dans le même temps, il atteint le rang de sergent major de la compagnie.
Après la fin de son cycle secondaire, il obtient une licence en Chimie à l’Université de West Indies Cave Hill Campus puis s’engage dans un master en Sciences de l’Ingénieur Environnementales, avec une spécialité en ingénierie chimique. Par la suite, il décroche un doctorat en Philosophie et ingénierie environnementale avec une spécialité sur le traitement de l’eau et les nanotechnologies, à l’Université de Da-Yeh à Taïwan.

Durant ses années à Taïwan, il fut président de l’Union des Etudiants Internationaux de 2012 à 2013, et vice-président du Club International des Cultures Cosmopolites de Taïwan (ICCCT) de 2014 à 2015. Depuis, Elon continue ses activités autour de la jeunesse. A son retour sur l’île de la Barbade en 2017, il commence à se mettre en relation avec plusieurs réseaux de jeunesse en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Elon croit que les jeunes doivent participer activement à la recherche et à l’écriture pour pouvoir se développer professionnellement. C’est une méthode grâce à laquelle les jeunes seraient en mesure de laisser un héritage, une trace pour le futur, pour construire et aider au développement.

Khadeejah bint Malik (UAE)

Khadeejah bint Malik H. (EAU)

Khadeejah est née en Jordanie et vie aujourd’hui à Dubaï. Elle a connu la Charte de la Terre et la SGI à l’âge de 3 ans et participe depuis à des évènements en relations avec les arts, la protection de la planète, la promotion de la paix et de l’éducation. Sa formation se concentre sur l’éducation à la maison et inclue l’Histoire, les cultures, les Arts et les langues. Elle aime lire, dessiner, écrire des poèmes, jardiner et fabriquer des objets artisanaux à base de matériaux recyclés. Elle a écrit plusieurs poèmes sur les êtes vivants et l’environnement.
Dès ses 3 ans, elle mémorise le Saint Coran et participe à divers ateliers tels que ‘Walk 4 Wellness’ en 2014, ‘SIKKA Art Fair’ en 2013 et 2015, au programme en ligne pour les jeunes ‘Leadership, soutenabilité et éthique’ en 2017 à l’âge de 15 ans. Elle écrit et récite ‘Le Cœur de la Tolérance’, un poème qui fait partie de ‘The Poetic Heart’ en 2017 (pour la SGI), et anime l’atelier ‘Le succès du leadership dans la soutenabilité’ pour les filles de l’école de Dubaï. Khadeejah est inspirée par son père, le Professeur Malik. Elle prévoie de devenir professeure et d’éduquer les personnes à la protection de la terre.

 

CarloAbrateCarlo Abrate (Italie/ Suède)

Carlo travaille comme stagiaire dans une banque à Stockholm pour préparer sa thèse de fin de master. Il prépare un master en Ingénierie Mathématique avec une spécialisation sur la science des données. Il est italien mais l’an dernier il a vécu aux Pays-Bas et à Stockholm. Carlo s’intéresse aux problèmes sociaux et cherche activement des méthodes pour les résoudre. Récemment, il a aidé au sein de l’Organisation pour l’Exposition ‘Seeds of Hope’ sur la responsabilité humaine et les armes nucléaires. Ces trois dernières années il a vécu des expériences marquantes comme volontaire au Sénégal, et en Sicile dans des foyers pour enfants. Carlo pense que la Charte de la Terre est un élément essentiel pour la transformation dont notre société a besoin.

CHE George NEBAGeorge C. NEBA (Cameroun)

George est courageux, consciencieux, travailleur et illustre Pan-Africain originaire du Cameroun où il est née. En tant que comptable et technicien en agrobusiness de formation, expert en micro-finance par expérience et activiste social par passion – notamment autour des thèmes de l’égalité des genres, du soutien à la jeunesse, de la mobilisation des communautés et du développement durable.
Il s’attelle spécialement à la promotion de la paix via le journalisme amateur, en postant sur des blogs philanthropes. Il agit aussi via l’entreprenariat social, à développer l’agrobusiness, ou encore en motivant et inspirant par ses écrits ou ses discours. Le volontariat est son modus vivendi.

Il a été éditeur pour LUKMEF, la newsletter bi-annuelle ‘Zéro Tolérance’ au Cameroun. Il écrivait surtout des articles prônant de mettre fin aux violences contre les femmes et les petites filles. De plus, il a exercé comme correspondant en freelance pour un journal local qui se nomme ‘Advocate Newspaper’. Il est à l’origine de l’inspirante série ‘Light Refreshment’. Finalement il officie comme chercheur au Laboratoire National en charge de la régulation et du contrôle des intrants agricoles et des produits (dépendant du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural).

Il est le futurologue fondateur et ‘Search Engine Optimization’ (SEO) de l’Initiative Afro Real (AFREIN), un schéma de négociation social panafricain qui cherche à « encourager une culture soutenable de leadership entrepreneurial chez les jeunes et les femmes africains vulnérables ».

Depuis 2013, NEBA a été un membre actif de l’Initiative des Jeunes Leaders Africains (YALI) du président Barack Obama. En tant qu’ex-élève du Centre de Direction Région de YALI à Lagos au Nigeria, il a exercé comme membre du Comité Editorial de la newsletter de YALI ainsi qu’en tant que Secrétaire Général National de la branche des alumnis YALI RLC au Cameroun. Neba est l’officier de liaison en BOD chez ‘Penvy Investment Ltd’ à Lagos au Nigeria – une société d’investissement extraordinaire – engagée pour le développement innovant, pour la rentabilité commerciale, pour engranger un maximum de bénéfices dans le but d’avoir l’impact le plus large possible sur l’Afrique.

Il est associé à d’autres caucus professionnels comme l’Agence pour la Participation au Développement du Service Civique National au Cameroun (2014) ; l’Académie du Leadership Camerounaise (2015) ; le Modèle International sub-saharien des Nations Unies au Cameroun (2017). Par ailleurs il parle 3 langues internationales – l’Anglais, le Français et l’Allemand.

Vihren Evgeniev Mitev (Bulgaria)

Vihren Evgeniev Mitev (Bulgarie)

Pendant qu’il préparait sa candidature au doctorat d’Anthropologie Philosophique de l’Université de Sofia ‘St. Kliment Ohridski’, Vihren rédige le ‘Manifeste Ecologique’ (2017) – un texte qui incite l’humanité à opérer un changement dans son attitude face à la nature et aux personnes dans le besoin. Le Manifeste Ecologique a rapidement attiré l’attention de la communauté internationale et a été récompensé autour du monde – notamment en Ireland, Bulgarie, Slovaquie, Autriche, France, Roumanie et au Vietnam, lors de conférences scientifiques et environnementales (et plusieurs autres pays via les réseaux sociaux). Un an plus tard, ce manifeste permet la création de la Fondation ‘ManEco’ en avril 2018. Un organisme qui s’implique dans un large spectre de projets écologiques, dans le but d’attirer l’attention du public sur des sujets qui concernent le changement climatique, la pollution par le plastique et la surconsommation. L’Agence Balkanique pour le Développement Durable, partenaire officiel de la Charte de la Terre dans les Balkans, est aussi le partenaire principal de la fondation ManEco en Bulgarie. Une des causes les plus récentes pour laquelle le Manifeste Ecologique agit est la bataille pour soutenir les Etats insulaires face au réchauffement climatique. L’objectif principal de la fondation est d’atteindre le développement durable via la sensibilisation et la protection de l’environnement.

Vihren possède une expérience académique ultérieure. Il est détenteur d’une licence en Philosophie et d’un master en Etudes mondiales de l’Université de Sofia « St. Kliment Ohridski ». Vihren a été deux fois bénéficiaire de la bourse Erasmus et a effectué deux échanges, à Amiens en France et à Hue au Vietnam. Il a officié comme apprenti pour l’Institut Diplomatique Bulgare, et comme gérant de projet pour le Club Atlantique de Bulgarie. Il est aussi l’auteur de plusieurs articles nationaux et internationaux et participant de ‘l’European Youth Event’ en 2016 au Parlement Européen. Il a suivi le cours proposé par la Charte de la Terre sur ‘Leadership, Soutenabilité et Ethique’, participé à des MUN à propos du développement durable. (MUNESD 2018) organisé par l’AEGEE à Vienne, a contribué au Dialogue Talanoa. A travers ces expérience il s’est forgé d’excellentes capacités de communication comme formateur et présentateur.


Actifs novembre 2017 – octobre 2018

Itxaso Bengoetxea Larrinaga (Euskadi, Spain)Itxaso Bengoetxa Larrinaga (Pays Basque, Espagne)

Je possède un diplôme en Sciences Environnementales de l’Université UPV-EHU du Pays Basque espagnol et un master en Leadership, Entrepreneuriat et Innovation. J’ai travaillé plusieurs années comme technicienne pour l’Agenda 21 Local dans plusieurs municipalités, écrivant et promouvant l’exécution de leurs plans d’actions. J’ai aussi eu l’opportunité de travailler dans l’Arctique en participant à des recherches sur l’entretien des écosystèmes. J’ai toujours porté un grand intérêt à l’environnement et aux questions sociales, des problématiques que j’ai pu concrètement observer durant différentes périodes de volontariat. Je suis actuellement participante au programme d’apprentissage ‘Agirre Lehendakaria’ du Centre pour Futurs Leaders, avec comme mission departager les détails du cas Basque et plus spécifiquement le facteur culturel comme un élément de transformation qui doit accompagner l’innovation, le développement et la recherche. J’ai aussi créé la coopérative ‘Urban Mercy’ dont la mission est de rapprocher les communautés et leur territoire dans une perspective coopérative-inclusive, de générer une transformation à l’impact soutenable et avec comme objectif final de durablement reconnaître la dignité que la société et les individus demandent et méritent.

 

Fernando Rodríguez Alvarado (Costa Rica)Fernando Rodríguez Alvarado (Costa Rica)

Je m’appelle Fernando Rodríguez Alvarado, je viens du Costa Rica et j’ai 30 ans. Je possède une formation en Management des Ressources Humaines et je suis technicien dans la Santé du travail. De plus, je suis enseignant pour un programme qui offre des opportunités professionnelles dans une zone sans infrastructures médicales.

J’ai toujours été préoccupé par le développement de mon canton. J’étais membre du Club Leo depuis tout petit et un membre actif de plusieurs comités de ma municipalité bien que récemment j’ai consacré une plus grande partie de mon temps à mes études.

Je suis une personne handicapée, on m’a diagnostiqué des scléroses multiples qui ont affecté au niveau musculaire et osseux. J’ai subi 9 opérations au niveau de mes pieds, mais cela n’a pas enlevé ma volonté de continuer à grandir, d’aider les autres et de laisser une trace positive de mon passage. Je suis un amoureux inconditionnel de l’environnement, et j’espère que les humains vont se préoccuper de sa protection.

Kenneth Guevara Dinarte (Costa Rica)Kenneth Guevara Dinarte (Costa Rica)

Spécialiste en Management de projet de l’Institut Technologique et détenteur d’une licence en Politique Internationale de l’Université Nationale du Costa Rica. Actuellement en poste comme consultant pour des projets de développement.

 

 

Noelia Molina Montero (Costa Rica)Noelia Molina Montero (Costa Rica)

Mon nom est Noelia Molina Montero, je suis en train de finir un master en Cartographie et j’étudie par ailleurs le Management des ressources naturelles. J’ai participé à des volontariats à distance avec l’Université State comme par exemple en effectuant le recensement du Jabiru, dont la population est menacée d’extinction, le monitoring de tortues, en participant à des campagnes de recyclage, à des conférences sur la protection de l’environnement mais aussi à la création de jardin en zones urbaines. J’ai travaillé avec des enfants sur le thème de l’environnement et le respect des personnes. Je suis amoureuse de la nature et je crois que grâce à l’éducation nous pouvons résoudre beaucoup des problèmes de notre monde.

Kimberly Alvarado (Costa Rica)Kimberly Alvarado (Costa Rica)

Kimberly est actuellement étudiante à l’Université du Costa Rica. Depuis l’école et le collège elle montre un intérêt pour l’environnement et la politique. Elle a fait partie d’organisations qui s’emploient à protéger l’eau et l’environnement en général. De plus, elle travaille depuis 5 ans avec des organisations qui cherchent à offrir plus d’espaces de loisirs pour les enfants et les adolescents. Sa plus grande passion est la relation à la personne et elle aime réellement utiliser son charisme pour transmettre les informations qui sont importantes, comme celles qu’elle porte à travers son engagement. Elle pense qu’il est extrêmement important d’inclure les jeunes et les enfants dans ce secteur, pour que dès lors, ils puissent grandir avec le sentiment qu’ils sont responsables de la protection de l’environnement.

Camila Mendoza Aguilar (Costa Rica)Camila Mendoza Aguilar (Costa Rica)

Camila Mendoza Aguilar est étudiante à l’Université du Costa Rica depuis 2016. Elle est passionnée par les activités qui soutiennent l’environnement et cherche constamment de nouvelles manières de réduire et recycler les déchets que nous générons. Elle s’intéresse aux langues et apprend actuellement la Langue des Signes Costaricienne (LESCO) pour pouvoir inclure la communauté sourdre Costaricienne dans les activités de soutenabilité et d’éco-citoyenneté. Camila est aussi volontaire dans une fondation qui aide les enfants qui vivent dans des zones sensibles du Costa Rica, afin qu’ils puissent continuer leurs études et renforcer leur estime d’eux-mêmes.

alinaAlina Aguilar (Costa Rica)

Alina est titulaire d’un diplôme en gestion de l’environnement. En 2011, soucieuse du bien-être des autres et de la protection de l’environnement, elle a reçu la distinction « Étudiant de la Charte de la Terre », une initiative offerte aux étudiants par la vice-présidence des universités, la Direction de le programme UNA – Sustainable Campus de l’Université Nationale. La même année, elle a commencé son travail de bénévole auprès de communautés sur des problèmes socio-environnementaux. Depuis 2012, elle travaille en tant que chercheuse et vulgarisatrice sur des questions de gouvernance climatique et de politique publique dans le cadre du projet « Stratégies participatives de changement climatique au niveau local » de l’Université nationale du Costa Rica. Elle a travaillé comme bénévole, enseignante, consultante et conseillère sur les questions relatives aux changements climatiques, à l’éducation environnementale, à la gestion des déchets, à la Charte de la Terre, entre autres. À travers son travail, elle cherche à responsabiliser, éduquer et faire participer les communautés dans lesquelles elle travaille, en lien avec les thèmes du développement durable. Elle fait également partie d’organisations telles que l’ONG « LaRutadelClima », dans laquelle elle participe aux questions de communication et de diffusion relatives à l’action pour le climat et au collectif « Grupo Hamelia » qui développe des projets socio-environnementaux.


Actifs octobre 2017- septembre 2018

Olabanji Jackson-Oke (Nigeria)Olbanji- Jackson-oke (Nigeria)

Olabanji est analyste en risque environnemental, social et soutenabilité. Il détient une licence en Sciences Politiques de l’Université de Lagos et travaille actuellement avec une des institutions financières les plus importante du Nigeria. Son travail consiste à défendre l’intégration de la soutenabilité dans les projets dans laquelle la banque investie et à implémenter des stratégies pour réduire l’empreinte carbone de la banque.

Il a découvert son attrait pour l’environnement grâce à un cours. Cela a inspiré sa thèse sur ‘La Politique du Changement Climatique, une menace grandissante pour la paix et la sécurité internationale’. Après l’obtention de son diplôme il s’est engagé pour des initiatives qui donnent l’opportunité d’exprimer son dévouement au développement durable. Il a travaillé principalement dans des projets qui lui permettent d’avoir un impact durable dans la vie de communautés marginalisées. Cela passe par la réhabilitation scolaire, les inscriptions à l’école primaire pour enfants dans des quartiers pauvres et l’appui technique pour les entreprises. Actuellement il collabore avec ‘SustyVibes’, une plateforme liée aux Objectifs de Développement durable pour les droits des jeunes et des femmes, pour leur donner plus d’opportunités.

Olabanji s’identifie particulièrement aux principes n°9 et n°12 de la Charte de la Terre et centre la majorité de ses articles et ateliers autour d’eux. Il aime lire des livres contemporains, écrire et faire de longues balades. Sa plus grande excursion jusqu’ici fut d’aller au Mont Cameroun ! Il espère vivre de nouvelles aventures et avoir de nouvelles opportunités de communiquer avec la nature.

Linkedin:  https://www.linkedin.com/in/olabanji-jackson-oke-3484a072/
Twittter:  @naijadevjunkie

 

Babajide Oluwase (Nigeria)Babajide Oluwase (Nigeria)

Babajide est le créateur de ‘RenewDrive’, une entreprise qui impulse l’innovation et notamment des techniques pour produire de l’énergie propre à prix abordable. Par exemple avec ‘EcoChamps’, une initiative permettant la sensibilisation des jeunes aux connaissances et compétences nécessaires pour protéger l’environnement.

Avec plus de 5 ans d’expérience dans la planification et l’implémentation de projets de soutenabilité environnementale, Babajide a travaillé avec des personnes de divers origines qui se sont engagées à défier le statut quo. A travers le développement de plateformes et ressources pour les projets, il cherche à inspirer d’autres jeunes pour parvenir à des résultats qui s’alignent avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU.

Quand Babajide s’est rendu compte des dommages que les activités conduites par l’homme, comme la mauvaise gestion des détritus, l’éco-analphabétisme et la déforestation, causent sur l’environnement, au lieu de se plaindre de cette situation, il a choisi de la combattre. Son intérêt pour la défense de l’environnement provient de plusieurs activités environnementales durant son temps de jeune activiste à l’école secondaire. Récemment Babajide a publié un livre sur le changement climatique intitulé ‘The Young Climate Heroes’ (Les Jeunes Héros Climatiques). Ses efforts ont amélioré le bien-être de centaines de personnes dans les communautés nigérianes et ont été reconnus par de nombreux prix, comme celui du ‘Engagement Global Social Innovator’ (2017), de finaliste du ‘Merti 360  Youth Climate Action Challenge’, ainsi que ‘l’US State Department Green Champion’ en 2016.

Gha Jerry Mua (Cameroon)Gha Jerry Mua (Cameroun)

Gha possède une licence en comptabilité de l’Université de Buea et prépare un master en administration d’entreprises et comptabilité à l’Université de Santa Monica. Il possède par ailleurs d’autres certificats comme celui du cours ‘Leadership, Administration d’entreprises’. Vu sa dévotion dans le domaine de la comptabilité, Gha s’engage avec ardeur à plaidoyer pour que les leaders de notre société actuelle soient plus responsables et transparents dans leurs actions. Il se préoccupe aussi de la Responsabilité Sociale Corporative (CSR) des entreprises. En tant que porteur des valeurs de la non-discrimination et l’égalité pour la race humaine, Gha se raccroche fermement à la déclaration du président Franklin Roosevelt pour avenir meilleur. Il le cite ‘notre monde devrait se baser sur quatre libertés essentielles : la liberté d’expression, la liberté de culte, la liberté de misère et la liberté de la peur.’ Gha demeure un jeune dynamique qui défend la vérité et toujours prêt à découvrir de nouveaux modes de pensée.

Gha Jerry est passionné par l’éducation pour le développement durable et par les Objectifs du Développement Durable du Programme des Nations Unies. Il est actuellement volontaire au Centre de Régénération et Développement Communautaire (CCREAD) du Cameroun, une organisation spéciale de renseignement en lien avec l’ONU. Jerry occupe le poste de Chef de l’Unité des Finances et de l’Administration, mais aussi d’assistant de projet et il collabore dans de nombreux projets qui impliquent les jeunes dans la construction d’une communauté plus soutenable. Il a fait partie de l’implémentation de projets associés à cette organisation comme le ‘Programme Welmarts’ avec des organisations allemandes pour le programme d’échange de volontaires, le projet agricole à travers ‘d’ERASMUS plus’, et ‘KA²’ promouvant l’échange entre entrepreneurs agricoles soutenables en Afrique et en Europe.

Il a de plus aidé son organisation à gagner le prix UNESCO-Japon pour l’intégration de programmes d’éducation soutenables de l’année 2016. Etant donnée sa passion pour l’entreprenariat, il a soutenu la majorité des séminaires et des ateliers de l’organisation sur les affaires, mais était aussi un formateur pour le centre professionnel qui proposait un apprentissage spécialement pour les jeunes, notamment pour les femmes et les jeunes filles.

« Ne pense pas seulement à tes propres intérêts, mais aussi à ceux des autres, et à ce qu’ils font. Nous devons apprendre à faire les choses bien, chercher la justice, aider les opprimés, défendre les orphelins et consoler la veuve. C’est comme cela que doit être notre monde ».

MKONGMkong Cynthia Jeh (Cameroun)

Mkong Cynthia Jeh est une jeune camerounaise de 24 ans. Elle est née à Bamenda, dans la région Nord-Est du Cameroun. En 2011 elle s’inscrit dans le département d’Economie Agricole et Agrobusiness de la Faculté d’Agriculture et de Médecine vétérinaire de l’Université de Buea. Elle décroche une licence en économie agricole, reçue avec les félicitations. Elle vient de soutenir sa thèse qui lui permettra l’obtention de son master professionnel d’Economie Agricole et d’Agrobusiness.

Cynthia possède un nombre important d’expériences dans le monde du travail. Actuellement elle travaille à l’Université de Buea comme assistante professeur pour les masters. Elle aide les enseignants dans la supervision des projets importants pour les étudiants de master mais aussi pour certains cours de licence. Elle a exercé comme Jeune chercheuse dans le département d’études et de coopération pour l’Autorité du Développement du Sud-Est (SOWEDA) au Cameroun entre août et décembre 2016. Elle a été volontaire pour la 7ème édition du Forum Global des services de Consulting Ruraux (GFRAS) de septembre à novembre 2016. En juillet 2014, Cynthia a effectué des stages pour l’entreprise Cameroun ‘Thé Estates-Tole’ et pour la sous-délégation de l’agriculture d’Oku en août 2013.

Cynthia est particulièrement passionnée par la responsabilisation des jeunes et l’agriculture soutenable. Elle gère une équipe de 9 jeunes dynamiques qui ont fondé l’Association des Jeunes, Espoir pour le Monde (HoWoYA). HoWoYA cherche depuis sa création en 2016 à apporter de l’espoir à la société notamment à travers l’entreprenariat, la mobilisation des jeunes et la lutte contre la dégradation de l’environnement. Par conséquent, elle apprécie travailler avec les jeunes et se passionne de les voir atteindre leurs objectifs personnels. Elle a suivi la certification en ligne de 10 semaine sur le ‘Leadership, Soutenabilité et Ethique’ et a aimé apprendre aux côtés d’une diversité de personnes. Cynthia est membre dans différents club étudiants comme l’Association des Economistes agricoles du Cameroun (CAAE), l’Association des Etudiants du Commonwealth de l’Université de Buea, l’Association des Etudiants de la Faculté d’Agriculture et Vétérinaire (FAVEMSA) de l’Université de Buea, l’Union des étudiants de l’Université de Buea (UBSU), l’Association des anciens élèves de GBHS (Choppers), et l’Union national des étudiants d’Oku (OSU).

Mkong Cynthia Jeh possède un bon niveau d’anglais écrit et parle français. Elle dispose de compétences informatiques dans la gestion de Microsoft Word, Excel, Power Point, Access et Publisher. Elle est dynamique et possède des capacités de leadership. Elle aime lire, écrire, surfer sur internet, regarder la télévision et jouer au tennis sur gazon.

Mary Katherine Belknap (EE.UU.)

Mary Katherine Belknap (EE.UU.)

Je m’appelle Mary Katherine Belknap. Je suis une jeune leader de la Charte de la Terre engagée depuis les Etats-Unis. Outre cette activité, je fais partie d’un programme de service national volontaire qui travaille pour proposer des logements sociaux de manière non-lucrative.

Je porte un grand intérêt au développement durable et j’ai rejoint ce programme de manière à approfondir mes connaissances et mon intérêt sur le sujet. A travers le travail que je fais pour la Charte de la Terre, j’espère continuer à apprendre davantage à propos des thématiques évoquées précédemment dans une perspective mondiale, et continuer à chercher des moyens pour mettre en pratique ces informations dans ma vie et dans celles des autres personnes autour de moi. Ayant récemment obtenu mon diplôme universitaire, j’espère rester connectée avec le réseau de ce programme tout en continuant mon chemin d’étudiante en master.

Je crois à un futur plus éthique et environnementalement durable ce qui m’inspire à travailler pour un monde meilleur, ainsi j’espère que le programme des Jeunes de la Charte de la Terre me donnera les outils pour y contribuer davantage à l’avenir.


Actifs entre août 2017 et juillet 2018

Cristian Yael Vazquez Martinez (Mexico)Cristian Yael Vazquez Martinez (Mexique)

Je m’appelle Cristian Yael Vazquez Martinez, j’ai 19 ans et je suis Mexicain de l’Etat de Mexico. J’ai plutôt une carrière technique comme assistant dentaire et comme technicien informatique dans l’administratif. Depuis l’enfance, l’écologie a été un thème important pour moi. J’ai suivi différents cours en relation avec la soutenabilité et le leadership et je travaille actuellement pour un projet qui consiste à créer des serres durables dans des communautés marginalisées.

Je suis membre de l’Association des Scouts de Mexico depuis 2007 avec laquelle j’ai participé à différents projets sociaux et environnementaux nationaux et globaux. Je fais partie du comité du réseau des jeunes de la province de Cuautitlan (les Scouts de Mexico) dont j’ai été le coordinateur entre 2016 et 2017.

Rocío M. Collantes G. (Panama)

Rocío M. Collantes G. (Panama)

Rocio est licenciée en Relations Internationales et possède un master International de Diplomatie pour le changement climatique. Elle est actuellement volontaire pour les Nations Unies et réalise des conférences et activités à propos de l’importance primordiale des Objectifs de Développement Durable et du système des Nations Unies. Elle est membre du Collège National des diplomates du Panama et activiste pour les droits humains. Elle prépare par ailleurs une licence à la faculté de droit et de Sciences Politiques de l’Université de Panama et participe régulièrement à actions culturelles comme des forums, des conférences à propos du droit en général.

Elle a coordonné le programme d’insertion professionnel dans la vice-rection des affaires étudiantes de l’Université de Panama en 2013 pour aider les étudiants à trouver un emploi grâce aux ministères, institutions et entreprises panaméennes. Elle a participé comme ’Jeune déléguée à la table sur l’éducation’ du IV Forum des Jeunes des Amériques en commémoration du VII sommet des Amériques en 2015 dans la ville de Panama.

Elle a représenté la Faculté de droit et de sciences politiques de l’Université du Panama comme ‘Déléguée’ pour le XVI Sommet Mondial des Prix Nobels de la Paix à Bogotá, Colombie en 2017.

Arumi Rodríguez Sanchez (Mexico)

Arumi Rodríguez (Mexique)

 Arumi Rodriguez Sanchez est ingénieure en Industries et Logiques, suivant actuellement un master en Gestion Environnementale dans sa ville natale de Saltillo Coahuila. Elle travaille à l’Université Autonome de Coahuila à la coordination de l’agenda environnemental universitaire et dans le même temps elle enseigne à la Faculté de logique de la même université.

Arumi est une fidèle volontaire pour la Charte de la Terre depuis 2008, et est même reconnue comme organisatrice d’atelier de la Charte de la Terre depuis 2013 par le Secrétariat International. Elle a participé aux célébrations des 10 ans et des 15 ans du lancement de l’Initiative de la Charte de la Terre dans le monde, faisant par ailleurs partie du comité organisateur de la CT+15. Elle a donc pris en charge l’organisation d’ateliers pour les enfants, les adolescents et les universitaires lors de cette évènement mais aussi à titre de responsable du Réseau des Jeunes Promoteurs de l’environnement avec la Charte de la Terre de l’Université du Costa Rica.

Elle a participé à différentes formations pour le traitement et la diffusion de l’Initiative en collaborant premièrement avec le réseau mexicain sur des points précis de la Charte de la Terre, mais aussi à travers des projets comme l’Atelier de Consulting en relation avec les Jeunes Latinoaméricains sur les Objectifs du Développement Durable, organisé par l’UNESCO et la Charte de la Terre Internationale.

« Je considère que la vie est un cadeau, qu’il faut en être reconnaissant, en prendre soin, la protéger et la diffuser… Mais quand nous sommes capables d’aimer son côté éphémère, nous marcherons de telles manière que notre trajet sera un cumul de bonnes actions, pour nous et pour les autres. »

jorge

José Ignacio Fernández Víquez (Costa Rica)

Je suis née en mars 1987. J’ai eu une enfance normale durant laquelle j’ai été lié avec les mouvements étudiants. J’ai fait mes études à l’Université du Costa Rica, dans le domaine des Etudes Sociales, de l’Education Civique et de l’Administration de l’éducation.

Durant ma jeunesse, je me suis engagé dans plusieurs groupes et organisations. Par exemple j’ai été président du Comité Cantonal pour les jeunes d’Alajuela, dans le Réseau National consultatif des jeunes, fondateur et président du Groupe de l’Agenda de la jeunesse, fondateur et trésorier de l’Association du Développement de la Maison de la jeunesse d’Alajuela mais aussi militant dans différents partis politiques, occupant dans l’un d’eux la présidence de la branche jeunesse du canton.

J’ai toujours été passionné pour les thèmes en relation avec la participation démocratique, j’ai collaboré plus de dix ans dans le Centre d’Etudes démocratiques d’Amérique Latine dont le siège est à San José au Costa Rica. Récemment, j’ai intégré le Corps National des Délégués du Tribunal Suprême des élections de mon pays, pour contribuer à maintenir la transparence dans les processus électoraux.

Les thèmes environnementaux sont aussi une de mes passions, je suis notamment coordinateur du programme ‘Bandera Azul Ecológica’ dans le centre éducatif pour lequel j’ai travaillé avec l’organisation ‘Sea Sheperd’ du Costa Rica. De plus, j’essaie d’élaborer un grand programme de volontariat national avec le Ministère de l’Education Publique, un programme qui serait partie prenante avec les initiatives de la Charte de la Terre.


Actifs avril 2017- mars 2018

JoshuaJoshua Amponsem (Ghana)

Joshua Amponsem est activiste écologiste et avocat de l’environnement qui possède une licence en Sciences de l’Environnement. Il se concentre sur la mobilisation des jeunes (à travers le volontariat et les réseaux sociaux), pour le changement climatique à travers l’éducation et la protection. Joshua pense que la plaidoirie est un moyen réel de générer du changement dans l’ingénierie en Afrique. Durant ses études, il a fondé la ‘Green Africa Youth Organization’ – une organisation à but non lucratif qui sert comme base de défense pour le développement durable.

Joshua est coordinateur de recherche pour la ‘Coalition pour la Climat des jeunes du Ghana’, et vice-président jeune de ‘l’Assemblée sur l’adaptation des écosystèmes pour la sécurité alimentaire en Afrique’ (EBAFOSA) au Ghana.

En 2016, Joshua est devenu membre de la ‘Global Peace Initiative for Women’, pour laquelle il a parlé à la fin de la COP22 de GPIW sur la perte des connaissances indigènes et sa relation avec le changement climatique. Aussi, il fut nommé comme premier ambassadeur mondial du climat en Afrique Occidental pour le Programme Climatique Interactif du MIT et montra sa dévotion dans l’organisation d’évènements pour l’éducation climatique pour les jeunes dans le monde.

Au fil des années, il a été un leader en mentor dans les réseaux mondiaux de jeunes, comme la plateforme ‘Tunza’ du PNUMA (où il a reçu le prix du meilleur ambassadeur pour orienter les jeunes du monde entier pour arriver impacter leurs communautés), ou encore pour la Coalition Jeune International pour le climat, et les réseaux locaux comme le Mouvement Environnemental des jeunes du Ghana, ‘IDEAS for US’ et ‘Challenges Worldwide’.

« La défense et l’inclusion de la jeunesse est aujourd’hui une nécessité pour assurer une transformation économique viable en Afrique, protégeant dans le même temps les ressources écologiques et naturelles ».

Blog: www.amponsem.wordpress.com | Twitter: @AmponsemJoshua | LinkedIn: www.linkedin.com/in/amponsem

foto benteBente Klein (Allemagne/ Hollande)

Bente Klein, originaire des Pays-Bas, a vécu dans quatre pays durant ces deux dernières année, l’Allemagne étant sa prochaine et cinquième destination. Bente possède une formation d’avocat environnementale, et du changement climatique de l’Université d’Edinburgh. Elle travaille actuellement comme consultante en énergies renouvelables et politiques du climat. Son objectif est d’aider les gouvernements spécialement ceux du sud, et les organisations internationales, à créer une politique pour la sauvegarde de notre planète pour les générations futures et partager nos ressources communes de manière équitable. Quand la loi devient trop statique, ou la politique climatique trop frustrante, Bente choisit l’activisme et le lobbying pour que les hommes politiques et les législateurs agissent plus rapidement.

pacifiquePacifique Nshimiyimana (Rwanda)

Pacifique est un entrepreneur social de 25 ans fondateur de ‘Real Green Gold Ltd’, et diplômé de biotechnologie de l’Université du Rwanda. Durant ses années d’études il s’est penché sur l’industrie de la biotechnologie, la biologie moléculaire et a obtenu un diplôme du Centre Entrepreneurial de l’Université Regent.

Suivant sa passion pour la biodiversité et les services d’écosystèmes, Pacifique a été activiste pour le club universitaire rwandais pour la conservation de la biodiversité (RUCCB) durant ses années à la faculté. Avec son entreprise ‘Real Green Gold Ltd’, il produit et emballe des bananes de manière écoresponsable. Il utilise sa formation pour travailler avec des petits producteurs de bananes et leur donner des techniques modernes d’agriculture biologique. ‘Real Green Gold’ organise la récolte, le packaging et la distribution des bananes vers Kigali, la capital du Rwanda. Pacifique est aussi le gagnant du prix ‘These Numbers Have Faces/Accelerate Academy’, ‘Tony Elumeru Foundation Entrepreneur’ et du prix ‘StartUp ! Facilitator & Business Coach at Digital Opportunity Trust’. Pacifique espère trouver nouvel emploi qui renforcera sa carrière et s’engager vers de nouveaux horizons comme jeune entrepreneur et jeune leader.

Victor Okechukwu PPVictor Okechukwu (Nigeria)

Victor détient un master et une licence en économie, respectivement de l’Université de Port Harcourt de l’Université de Babcock. Il est le co-fondateur de ‘l’Environmental Deficiency Elimination for the Nations – Garden City Project (EDEN-GCP)’, un projet de jardins urbains, intitulé par rapport au jardin d’Eden pour diffuser l’idée d’un jardin idéal dans l’imaginaire des habitants de la ville et pour encourager les actions pour des villes durables. Les objectifs d’EDEN-GCP sont d’engendrer des changements concrets en commençant par Diobu à Port-Harcourt, en travaillant sur la bonne gestion et disposition des déchets, en contribuant à ouvrir le dialogue sur l’environnement, en donnant l’opportunité aux jeunes de prendre conscience du gaspillage et de la dégradation de l’environnement. Victor est actuellement co-animateur du cours en ligne de la Charte de la Terre sur ‘Leadership, Soutenabilité et Ethique’. Il a été impliqué activement dans la protection de l’environnement en permettant aux populations vulnérables d’utiliser le commerce vert comme une forme de promotion non-violente de l’environnement dans des zones parfois conflictueuses (comme le Delta du Niger). Il est aussi co-organisateur de la Réunion Annuel sur les Déchets et lauréat du prix du partenariat Nigeria-Amérique. Enfin il est membre de l’Alliance des jeunes pour le Leadership et le Développement en Afrique (YALDA).

rohdofRohdof Lactem (Cameroun)

Rohdof est passionné par la conservation de l’environnement. Il est actuellement volontaire à la ‘Pro Climate International Cameroun’ où il occupe le poste de technicien sur le terrain. Il est aussi co-animateur du cours en ligne de la Charte de la Terre pour les jeunes sur ‘Leadership, Soutenabilité et Ethique’. Par ailleurs il a participé à l’implémentation d’activités de terrain qui incluent la sensibilisation des communautés locales à l’importance de la protection de la nature, du réchauffement climatique et l’adaptation à la technologie. Une partie de son travail sur le terrain inclue de conduire des enquêtes auprès des foyers sur les bénéfices et l’impact de l’usage de fours améliorés fonctionnant avec le bois comme combustible, comme source d’économie potentielle et de mobilisation des groupes sociaux locaux. Il est aussi impliqué dans des groupes de jeunes dans la communauté de Buea où il participe à des programmes de jeunesse et organise des séminaires et des ateliers. Actuellement, il est coordinateur de la fondation Solidage Africa au Cameroun.

Il vient juste d’être reçu à son master en Ressources Naturelles et Management Environnemental de l’Université de Buea au Cameroun où il a terminé dans les meilleurs de sa promotion.

Il adore travailler avec les jeunes et rencontrer des personnes passionnées par la conservation de l’environnement et des ressources naturelles.

1274167_10202094691270112_1118381398_oBranislav Trudíc (Serbia)

Membre du Conseil pour les Questions Ethiques de l’Association Nationale des Jeunes travailleurs de Serbie (NAPOR) et Coordinateur de programmes pour les jeunes travailleurs.

Branislav est un jeune travailleur expérimenté et un activiste, avec près de 9 ans d’engagement dans la société civile dans des organisations serbes. Quand Branislav travaille et supporte différents groupes de jeunes individus, il développe et apprend au même moment, construisant son expérience, étendant sa pensée critique comme celles des autres, et encourageant l’empathie et la compassion pour les groupes les plus vulnérables avec qui il voudrait travailler dans le futur. Actuellement, Branislav est un formateur reconnu pour le 4ème module Leadership et formateur pour les droits humains et l’éducation pour le programme ‘National training for human rights educators’ de la CoE et SEC. Il a créé et introduit des programmes pour des jeunes leaders et jeunes travailleurs dans les villes de Novi Sad, Sombor, Becej, Temerin et Belgrade dans le passé. Branislav a été impliqué dans près de 30 projets différents et programmes de développement, au sein de divers organisations locales, nationales et internationales et sur différents postes tels que jeunes travailleur, formateur et consultant stratégique et manager de projet. La plupart des programmes de développement étaient voulus pour des jeunes, des jeunes volontaires et leaders, afin de les préparer pour travailler et être actifs au sein de leur communauté. Les programmes duraient entre 3 mois et 1 an, et contenaient différents modules basés sur des méthodes d’éducation non formelles, de l’accompagnement au cas par cas et des travaux pratiques pour les participants dans les communautés. Branislav a aussi orchestré différents projets et programmes dans le social, dans l’éducation au maintien de la paix en Serbie pour divers groupes interculturels de jeunes entre 2008 et 2015.

Il s’est senti vraiment utiles pour les groupes de jeunes individus et jeunes travailleurs et s’est ouvert au partage et au développement d’initiatives conjointes. Branislav est passionné par le développement de nouvelles opportunités pour les jeunes travailleurs, adore parler avec eux, constater l’authenticité des communautés à travers les groupes avec lesquels il travaille. Dans sa manière d’offrir du travail pour les jeunes, Branislav cherche à trouver un équilibre entre les produits, les résultats et les procédures, avec différents paramètres et adore s’associer avec les autres, avec de nouveaux groupes.

 

Kitty Verduin (Netherlands/Canada)Kitty Verduin (Hollande/ Canada)

Kitty Verduin vient des Pays-Bas mais a laissé son cœur au Canada il y a 3 ans. Elle combine les valeurs et principes de la Charte de la Terre avec son profil, dans son travail pour Dudoc Vancouver, un projet du ‘World of Walas’. Grâce à son parcours en Relations Internationales, elle s’est particulièrement intéressée à l’interaction globale entre le marché, le gouvernement et la société. La vision, la mission et le travail de la Charte de la Terre sont au cœur de cette interaction.

Pour ‘World of Walas’ elle aide à établir le Réseau des Amis de la Charte de la Terre au Canada. C’est un réseau où les canadiens se rassemblent, et partagent leurs récits sur la Charte de la Terre, travaillant ensemble à la transition vers un monde plus juste, soutenable et pacifique. Un autre de ses engagements à Dudoc est de travailler dans l’innovation. Les innovations sont le pont entre le projet ‘Walas’ global Stage’ où elle développe la vision des politiques pour les villes durables, et le projet ‘Walas’ long term practices’ où elle travaille pour développer des projets communautaires de développement. Kitty est reconnaissante de l’implication de la Charte de la Terre dans ces villes et pour les projets urbains dont elle s’occupe.


Actifs août 2016 – juillet 2017

cannita-meliusCannita Melius (Sainte- Lucie)

Cannita est membre du Réseau des Jeunes Caribéens au sein du territoire de Sainte-Lucie où elle occupe le poste de vice-présidente et travaille comme fonctionnaire pour le gouvernement de Sainte-Lucie. Elle a reçu un diplôme du premier cycle en Méthodes Quantitatives de l’Université communautaire Sir Arthur Lewis, finissant dans les meilleures de sa promotion. Elle souhaite poursuivre ses études en Méthodes Quantitatives. Cannita est passionnée par l’engagement et par l’environnement. Elle fait aussi partie des Techniciens Médicaux d’Urgence de la Croix Rouge de Sainte-Lucie (EMT-B), et officie comme Sergent du Staff chez les cadets de Sainte-Lucie.

josephine-schrottJosephine Schrott (Allemagne/Canada)

Originaire d’Allemagne, elle considère aujourd’hui la ville de Vancouver comme sa maison. Josephine Schrott participe à l’établissement du Réseau Canadien de la Charte de la Terre, se concentrant plus spécialement sur le Réseau des Jeunes et l’engagement communautaire. Elle a étudié les Relations Internationales, est passionnée par la construction de communautés soutenables et est inspirée par la vision holistique de la Charte de la Terre, invoquant les problématiques les plus urgentes pour l’humanité. Faisant partie du ‘World of Walas’, elle travaille pour Dudoc à Vancouver, dans un centre encourageant le transfert de technologies entre les entreprises européennes et l’Amérique du Nord. Durant son temps libre, elle est activiste à l’échelle locale et profite des remarquables paysages canadiens.

julián-arias-varelaJulián Arias Varela (Costa Rica)

Julián a travaillé durant les 10 dernières années dans le développement de politiques publiques et de projets de responsabilité sociale pour les entreprises. Il est actuellement vice-président du Conseil Permanent pour le Changement Climatique de la Conférences des parties latino-américaine des jeunes (COPPPAL) et fait partie du ‘Climate Reality Project’. En 2010, il a été nommé ‘Agent du Changement’ par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung et en 2013 il a été reconnu ‘Jeune entrepreneur de l’année’. Il possède une licence en Administration des Affaires de l’Université Latine du Costa Rica, un master en Etudes Politiques Appliquées de la Fondation Internationale Ibéro-américaine d’Administration et Politiques Publiques (FIIAPP). Enfin il étudie actuellement l’ingénierie industrielle.

kelly-ngetiKelly Ngeti (Kenya)

Kelly vient de Monbasa au Kenya, il est un citoyen engagé, un volontaire et coordinateur régional pour le Réseau des Jeunes Catholiques pour le Développement durable en Afrique, une ONG pan-africaine qui encourage la jeunesse catholique à se préoccuper de l’environnement. Kelly est aussi organisateur pour la ‘Miritini Peace Initiative’ qui fut établie suite aux violences après l’élection de 2007-2008 dans le but de promouvoir la paix et une gouvernance durable. Il est un ancien membre du conseil des jeunes du diocèse de Monbasa, mais aussi un acteur et un auteur chez ‘Big Dreams Productions’. Kelly est diplômé en marketing et vente, journalisme, développement communautaire et poursuit une licence en Etudes du Développement. Il apprécie travailler pour la communauté, en particulier dans le milieu de l’environnement, de la paix et du maintien de la stabilité.

mohammed-baaoumMohammed Ba-Aoum (Arabia Saoudite)

Mohammed est le co-fondateur de ‘Better Together’, une organisation pour le service social, qui organise des activités œcuméniques à Tempe en Arizona. Il a travaillé comme professeur et animateur dans plusieurs organisations telles que les Scouts d’Arabie Saoudite, l’unité volontaire KFUPM, et le Centre d’Excellence en Développement d’organisations à but non-lucratif de Dhahran. Mohammed officie comme maître de conférences et chercheur en ingénierie/sciences sociales à l’Université King Fahd pour le Pétrole et les Métaux (KFUPM) en Arabie Saoudite. Il possède un master en Ingénierie Industrielle et un master en Pédagogie Sociale et Culturelle de l’Université d’Etat d’Arizona, en plus de sa licence en ingénierie électrique de la KFUPM.

nadine-huidsNadine Huids (Hollande)

Motivée par la Charte de la Terre et le Manifeste de la Charte de la Terre pour les villes (Earth Charter Cities Manifesto), Nadine travaille dans le programme hollandais comme manager avec l’équipe de ‘Walas’ pour développer des logements décents, durables et vivables. Nadine a étudié l’architecture et la construction environnementale avec une spécialisation sur les villes et l’héritage culturel. Durant ses études elle a beaucoup appris sur les innovations technologiques et la soutenabilité qui permettent de réhabiliter les édifices industriels. Elle a été inspirée par Gerben van Straaten, le directeur de ‘Walas Concepts’, dont elle était l’élève. Elle a appris comment créer des communautés vivables, inclusives et soutenables. Elle croît que les paramètres urbains doivent êtres inclus dans les domaines économiques, sociaux et culturels.

peter-nguafac-temate-fongehPeter Nguafac Temate Fongeh (Cameroun)

Peter est activiste pour la prévention autour de la santé sexuelle et reproductive camerounais. Il est particulièrement engagé dans la protection des besoins des jeunes, par le biais de la promotion de lois qui protègent leurs droits fondamentaux. Il est le fondateur et Directeur Exécutif de ‘Vision of Action’ au Cameroun, une organisation communautaire qui s’emploie à sensibiliser les adolescents sur leur santé sexuelle et reproductive à travers l’éducation, en leur donnant les compétences nécessaires pour faire des choix éclairés. Peter détient une licence en Santé Publique.

rabab-hammicheRabab Hammiche (Hollande)

Rahab est la fondatrice de l’ONG ‘Students4Students’, une plateforme gérée, par et pour les étudiants, dans le but d’offrir un espace à l’apprentissage et à la création de projets. Durant les sept dernières années, elle s’est engagée dans sa communauté locale comme Jeune Ambassadrice pour l’éducation et le chômage des jeunes de La Haye. En 2014, Rahab a reçu une décoration de la part du Maire de La Haye pour son rôle au sein de la communauté en tant que jeune entrepreneuse. Elle est passionnée par l’éco-alphabétisme et l’éducation non-formelle, ainsi que défenseuse des problématiques environnementales liées avec la question sociale. Elle est étudiante en Management Public International à l’Université des Sciences Appliquées de La Haye aux Pays-Bas.

shikha-tripathiShikha Tripathi (Inde)

Shikha travaille actuellement avec l’organisation F.A.I.T.H (Pour aider les individus à supporter l’humiliation), comme animatrice dans le but de faire de la sensibilisation sur les Objectifs de Développement Durable (ODD). Elle a effectué un stage au Forum Kanpur Parivartan, et a travaillé dans le développement d’un projet qui a permis de transformer un bidonville en un quartier plus propre et plus vert. Elle a aussi travaillé avec le Centre pour les Politiques Environnementales de l’Université de Nirma ; organisant plusieurs ateliers sur les ODD. Shikha étudie aujourd’hui le droit à l’Institut du droit de l’Université de Nirma à Ahmedabad, province du Guajarat en Inde.


Actifs janvier 2017 – decembre 2017

ana-karen-proaAna Karen Proa Rebolledo (Mexique)

Ana Karen, 21 ans, est étudiante en Relations Internationales à l’Université Autonome de Nuevo León et travaille dans le même temps comme professeure de Gymnastique artistique. Elle est passionnée par le sport, le contact avec la nature, les connaissances pluridisciplinaires et les projets sociaux et environnementaux. De plus, elle adore voyager. Depuis son plus jeune âge, elle fait partie de l’Organisation Mondiale des Scouts, dans laquelle elle a participé a des projets importants à l’Université et au niveau national, principalement pour promouvoir les Objectifs de Développement Durable. Elle a aussi participé avec le Réseau Mexicain Global pour la Biodiversité à l’élaboration d’un plan pour un stratégie nationale sur la biodiversité. Elle a récemment commencé l’animation d’ateliers à propos de la Charte de la Terre et ses piliers, notamment pour les enfants et les adolescents.

carla-diazCarla Diaz (Costa Rica/Peru)

Carla porte un grand intérêt aux problématiques sociales et environnementales qu’elle a pu approfondir ces dernières années à travers plusieurs expériences de volontariat dans des communautés indigènes, avec des réfugiés ou d’autres communautés. Elle s’est employée à sensibiliser la population aux problèmes environnementaux, comme par exemple sur les effets néfastes des activités humaines sur les écosystèmes et le climat. Carla fait partie du ‘Climate Reality Project’. Elle est ingénieure industrielle et possède un master en Ingénierie Environnementale et Technologie, ainsi qu’un autre diplôme en management des ressources naturelles.

catalina-gomezCatalina Gómez Vives (Costa Rica)

Catalina est une professionnelle du tourisme éco-responsable et du management de l’éducation non-formelle. Elle est guide touristique spécialisée dans le naturalisme, l’éducation environnementale et les processus de développement de projets avec les jeunes, au bénéfice de leur communauté. Elle est passionnée par l’idée d’atteindre un jour le vrai développement durable, elle cherche constamment à apprendre, à transformer ses habitudes personnelles pour devenir un moteur du changement. Elle est volontaire au sein de groupes communautaires qui s’intéressent au bien-être social et environnemental, elle a aussi de l’expérience avec la gestion de groupes, notamment dans le développement d’ateliers expérimentaux.

danelia-zuñigaDanelia Zuñiga Alvarado (Costa Rica)

Daniela a travaillé pendant 8 ans sur des problématiques liées à l’environnement et l’enfance. Elle est la fondatrice de l’Initiative costa-ricienne ‘Changing Minds’, qui se rapporte aux Objectifs de Développement Durable n°12 et n°13. Elle est aussi volontaire pour le Programme International ‘Raleigh’ sur la santé, la résilience et la responsabilisation du management des ressources naturelles. Par ailleurs, Daniela est membre du comité d’organisation du groupe ‘100inday’. Diplômée en Relations Internationales de l’Université Latine du Costa Rica, elle poursuit actuellement ses études en Relations Internationales avec une spécialisation sur la coopération à l’Université Nationale du Costa Rica.

dennis-perezDennis Pérez Umaña (Costa Rica)

Dennis a officié comme assistant à l’Institut National des Etudes Démographiques de l’Université du Costa Rica, où il développe la cartographie de différents projets sociaux. Il a travaillé sur des thèmes liés à la connexion écologique, la conservation et les corridors écologiques à travers l’utilisation des systèmes d’information géographiques. Il possède une licence en Sciences Géographiques avec un spécialisation en planification territoriale, et étudie actuellement pour décrocher un master dans le même domaine. Il s’est récemment engagé dans la promotion de l’appellation ‘Monument Naturel’, comme titre protecteur donné sur critères géomorphologiques. De plus, il a aussi siégé à la Commission des Affaires environnementales du Conseil Municipal de la ville de Tibás comme conseiller. Il vit à San José, au Costa Rica.

hugo-roblesHugo Enrique Robles Bustamante (Mexique)

Hugo est un écologiste, technologiste, leader pour le ‘Climate Reality Project’, et nouveau conseiller pour les questions environnementales de l’Etat de Querétaro au Mexique. Hugo a participé avec le Parlement de son Etat à la promotion de la Loi sur le Changement Climatique et avec plusieurs groupes de la société civile il a contribué à la cohésion dans le travail participatif. En 2010, il a gagné le prix ‘National Exposciences’ dans le domaine des Sciences Exactes Environnementales et en 2013, il a gagné le prix municipal ainsi que le prix jeunesse de sa région pour la protection de l’environnement. Il a promu plusieurs campagnes et projets comme ‘l’Earth Hour’, le festival Pachamama, la Reforestation et le Cinéma engagé. Il a aussi donné des conseils au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et aux membres du groupe des leaders Ibéro-américain de l’Alliance pour la Pachamama. Il est de plus, un entrepreneur social régional.

jorge-graciasJorge Gracia (Espagne)

Jorge, espagnol, est passionné par la protection et la conservation de la nature. Volontaire et activiste au sein du ‘Natural Fund’ et des ‘Amis de la Terre’, il travaille comme coordinateur de projets et animateur jeunesse dans des programmes d’éducation non-formels et volontaire dans le domaine de la jeunesse, au niveau local comme européen dans le but de promouvoir une réflexion critique sur notre environnement et de motiver les jeunes à devenir des acteurs du changement. Parmi tous ses autres projets, il est particulièrement impliqué dans ‘School for Sustainability’ un projet pour la promotion de l’action citoyenne dans le domaine du climat, de la justice sociale, la souveraineté alimentaire et le développement global.

ernesto-muñozMelchor Ernesto Muñoz Dzib (Mexique)

Enersto officie actuellement comme consultant environnemental et promeut la conformité chez les entreprises via la loi, dans l’Etat de Quintana Roo au Mexique. Il est aussi éducateur pour le développement durable, et développeur de projet pour différentes ONG. Il est passionné par le développement des communautés aborigènes, la conservation des écosystèmes et la participation sociale dans la construction de communautés durables. Ernesto croit fermement que les jeunes peuvent s’engager dans des projets innovants, inclusifs et durables. Il possède un master en éco-tourisme et management hôtelier avec une spécialisation en planification et développement.

paola-gonzalezPaola González Vargas (Costa Rica)

Paola est professeure à l’Université et chercheuse dans le domaine des Arts de la scène et de l’Education. Elle est actuellement en train de préparer sa thèse pour son doctorat en Education à l’Université de La Salle au Costa Rica. Elle se concentre dans ses recherches sur les relations entre bio-pédagogie, soutenabilité et esthétique cognitive comme des piliers du développement durable, sous la coupe de la Charte de la Terre. Elle s’intéresse à l’inclusion des femmes et des enfants dans la société à toutes les échelles et croit qu’il est fondamental de travailler pour le droit des animaux et des plantes. Elle possède un master en Etudes Théâtrales de l’Université Autonome de Barcelone et un diplôme en Arts du spectacle et Philosophie de l’Université Nationale du Costa Rica. Paola vie à Heredia au Costa Rica.

sofia-mendozaSofía Mendoza Aguilar (Costa Rica)

Depuis ses années lycées, Sofía a participé à des programmes de leadership et s’est investie dans des organisations environnementales et politiques de jeunesse. Elle s’occupe actuellement d’ateliers pour sensibiliser les individus sur les problématiques de soutenabilité comme le tri des déchets ou la consommation responsable au niveau local. Elle apprécie de pouvoir s’engager pour le soutien des causes qui lui tiennent à cœur et possède de bonnes qualités d’animation. Elle croit qu’il est important de promouvoir le leadership chez les jeunes pour qu’ils puissent guider leur société et commencer à construire un monde durable, un monde concerné par les défis de l’humanité. Durant son temps libre, elle est volontaire pour des organisations sociales à but non-lucratif. Sofía est étudiante à l’Université du Costa Rica.